Cette Assemblée, traditionnellement la plus intéressante où nous débâtons de sujets souvent difficiles et ce « en famille » loin des institutionnels toujours invités lors de celle de Printemps, s’est donc tenue ce 28/10/2017 à l’ENITA de Lempdes.

L’ordre du jour prévoyait notamment le compte rendu de l’étude génétique sur l’espèce truite Fario : Un sujet ô combien sensible compte tenu des pratiques de soutiens piscicoles installées dans le département depuis les années 1984, date de création de notre pisciculture.

Par-delà, des sujets plus légers mais tout aussi importants, étaient évoqués. Nous retenons dans cet article l’augmentation des prix des cartes de pêche annuelles (1 € dont 0.40 cents de taxe d’état et 0.60 pour notre système associatif) pour 2018 et ce après trois ans de stagnation.

Aussi quelle ne fut pas notre surprise de voir le sujet du quota journalier de « truites », Fario ou Arc en ciel d’ailleurs, évoqué et ainsi « sortir du chapeau » à la surprise générale, y compris des administrateurs fédéraux !

le panier : symbole du prélèvement à l’origine de toutes les tensions depuis 1945…

A l’initiative d’une AAPPMA des Combrailles, par ailleurs absente, ayant adressé un courrier au préfet demandant la mise en place de ce quota sur sa vallée, le président de la FDPPMA 63, sur recommandation du même préfet, proposait la « mise au vote » de la réduction du quota de 6 à 4 poissons journaliers sur le département et ce en dehors de toute formes règlementaires,  traditionnelles et/ou habituelles de ce genre de délibération. En 20 ans de présence et près de 40 assemblées, vécues devant ou derrière la tribune, l’initiative paraissait d’emblée délicate ! Et son sort ne faisait guère de doute…

Après plusieurs interventions, plus ou moins favorables de représentants d’AAPPMA, et celles plus techniques des chargés de mission et d’études délivrant tous deux quelques éléments de réflexion visant à éclairer le sens donné à cette possible délibération, qualifiée tour à tour de « démagogique » ou de « pédagogique »et ce selon les argumentaires développés…l’orage s’amorçait et le ton montait !

Une fois l’orage passé, il nous semblait utile d’installer le débat sereinement au plus près des adhérents et de communiquer sur l’état des connaissances que de telles mesures peuvent apporter sur la gestion des stocks et/ou sur leurs vertus pédagogiques. Notre intervention reçut un écho favorable de l’assemblée.

Donner du sens est la première action à conduire pour favoriser l’adhésion de tous…sans cela il est difficile de convaincre !

Dans de telles conditions de préparation, le vote fut donc ajourné et reporté à une prochaine assemblée laissant à chacun la possibilité de mieux préparer son argumentaire tout en ayant pu déjà s’éclairer des échanges effectués.

Le deuxième temps fort fut consacré à la présentation de l’étude génétique de la truite Fario sur le département. Étude dont nous nous étions faits l’écho officieusement en Assemblée Générale 2017.

Là, ce fut un véritable coup de massue sur la tête de nombreux représentants qui découvraient l’ampleur du résultat qui interrogeait manifestement 50 ans de pratique ancestrale souvent défendue avec acharnement et ce à chaque occasion passée…A la lecture des résultats il devient impossible de résister, même pour les plus obtus !

Pour notre part, nous retiendrons l’excellente nouvelle de la préservation des souches indigènes du département  et surtout leur diversité : un trésor pour notre fédération et son territoire. Plus égoïstement, il existe bien une truite des Couzes répartie sur tout le linéaire des Couzes d’Ardes et Pavin et de leurs affluents. Nous ferons tout pour la préserver !

Carte génétique des groupes de truite identifiés du Bassin « Allier » : le rouge révèle la présence plus ou moins marquée de poissons adultes issus de la pisciculture fédérale !

Cette étude révèle aussi la nécessité de réviser les politiques d’alevinage. Les poissons de pisciculture, indépendamment de leur stade de déversement et quelles que soient leurs origines, ne concourent pas massivement à l’effort de reproduction.

Les rares cours d’eau ou portions de cours d’eau où ils se sont implantés durablement sont ceux qui ont subi une pollution destructrice de la souche locale, parfois combinée à un isolement géographique interdisant la reconquête du milieu par les voies naturelles. Rien de surprenant pour les plus avertis, juste une énième confirmation de la lecture scientifique sur le sujet !

Il reste à ces alevins de substitution déversés une seule vertu : celle de remplir quelques paniers et ce dans les stades juvéniles ou pré-adultes…comme le rappelle d’ailleurs le chargé de mission en citant notre étude réalisée voilà plus de dix ans qui déjà révélait la non participation de ces poissons à l’effort de reproduction sur notre vallée mais bien présent dans les stades subadultes. Pour tenir cet objectif faut-il s’assurer de les déverser au bon endroit et dans les bonnes conditions car ils ne résistent pas à la concurrence des poissons sauvages. Par ailleurs s’il s’agit d’assurer le garnissage de quelques paniers, une taille légale de capture adaptée semble inévitable. Ces poissons étant par ailleurs beaucoup plus réceptifs à l’effort de pêche, comme l’a d’ailleurs rappelé le technicien fédéral en citant une nouvelle fois notre expérience.

Ces révélations interrogent désormais tout le monde sur sa politique de soutien non plus piscicole mais surtout halieutique. Il ne s’agit plus de se prendre pour « Dieu » en compensant un quelconque déficit souvent supposé. Il s’agit bien désormais comme nous l’avons compris depuis longtemps d’ailleurs de combattre pour reconquérir d’abord le milieu et l’environnement à moyen/long terme afin d’assurer le maintien et/ou le développement des espèces implantées et, dans le même temps, de satisfaire les pêcheurs dans les limites réelles de nos pratiques de gestion et des possibilités qui nous sont offertes.

Un chantier gigantesque s’ouvre désormais à la lumière de ces révélations…Respect strict du PDPG, renforcement des protocoles de suivi des déversements, accroissement des contrôles « qualité » en production, validation des demandes de déversement par une commission spécialisée, etc. Notre système fédéral tente de se projeter et d’être à la hauteur de ces nouveaux enjeux. Nous verrons si les pistes évoquées seront mises en œuvre et comment. Notre action s’inscrit aujourd’hui comme hier dans ces révélations et confirment donc nos choix de gestion.

Partagez15
+1
Tweetez

Powered by moviekillers.com